Avenue des Champs Elysées, © Wikimedia

A 20h50 le jeudi 20 avril, sur la plus belle avenue du monde, des coups de feu retentissent. Une nouvelle attaque terroriste a lieu au cœur de Paris et provoquera la mort de Xavier Jugelé, un policier de 37ans.

A trois jours du premier tour de la présidentielle, alors que les 11 candidats sont en plein débat, un nouvel attentat frappe la France. Retour sur cet événement tragique.

20h50: premiers coups de feu sur les Champs-Elysées

Devant le magasin Mark & Spencer, l’assaillant arrive en voiture et se dirige vers le car des policiers garé dans la rue. Il ouvre alors le feu à l’arme automatique sur les trois hommes tuant l’un d’entre eux. Alors qu’il tente de s’échapper, il continue de tirer sur les policiers les blessant tous deux grièvement. Leurs collègues présents sur l’avenue ont très vite réagit et ont alors abattu l’assaillant.

Quartier bouclé, métro fermé

Les personnes présentes dans les magasins et restaurants aux alentours de la scène d’attaque sont alors confinées, ayant interdiction de sortir. Très vite, les pompiers ainsi que la BRI arrivent sur les lieux et bouclent le quartier. Ils évacuent alors toutes les personnes présentes sur l’avenue. Les stations de métro George V Franklin-Roosevelt et Champs-Elysées-Clemenceau ont quant à elles été fermées par mesure de sécurité.

Un débat télévisé bouleversé

Vers 22h, David Pujadas annonce qu’une attaque a eu lieu sur les Champs Elysées. Emmanuel Macron est le premier à réagir sur cet événement et déclare. « Cette menace, cet impondérable, fait partie du quotidien des prochaines années. Je veux témoigner toute ma solidarité à l’égard de nos forces de l’ordre. » A la fin du débat, chacun des onze candidats a réagit sur cette tragique attaque et a alors exprimé toutes ses condoléances à la famille du policier décédé.

François Hollande annonce publiquement qu’il s’agit d’une attaque terroriste

Vers 23h20, en direct de l’Elysée, le Président de la République tient alors un discours suite à une réunion de crise avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve et le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl. Avec un air grave, il se dit « convaincu » que l’attaque est « d’ordre terroriste » et promet donc une vigilance absolue pour le scrutin de dimanche.

En Seine-et-Marne, une perquisition a lieu au domicile de l’assaillant

Le domicile du titulaire de la carte grise est alors perquisitionné par les forces de l’ordre à la recherche d’indices. C’est alors qu’on apprend que l’assaillant, Karim Cheurfi, avait déjà effectué 14ans de prison pour avoir tenté de tuer un policier.

Juste après la déclaration de François Hollande, Daesh a revendiqué l’attaque et a affirmé que c’était l’oeuvre d’un « soldat du califat ».

Inévitablement, tout au long de la soirée, la Twittosphère a beaucoup réagit. Voici quelques propos publiés sur le #ChampsElysees, rendant hommage aux forces de l’ordre.

Pensez-vous que cet attentat peut influencer les résultats de l’élection présidentielle ?

LAISSER UN COMMENTAIRE